05 Oct 2018

Revocation : The Outer Ones (2018)

Album : The Outer Ones

Style musical : Death Metal

Compagnie : Metal Blade

NOTE : 8/10

Certains groupes ne prennent pas de pause lorsqu’ils sont sur une lancée. Les projets s’enchaînent, les uns après les autres. Aujourd’hui, analysons de plus près le dernier et septième album de la formation de métal extrême Revocation, lancé le 28 septembre dernier : The Outer Ones.

Depuis 2008, la formation de la Nouvelle-Angleterre ne cesse de surprendre en nous présentant un nouvel opus chaque année ou deux tout en parcourant les terres du globe. C’est à se demander où ils prennent le temps de trouver de l’inspiration. Revocation réussit toujours à nous servir quelque chose de différent, tout en demeurant fidèle à son genre. The Outer Ones ne s’éloigne pas de cette tradition avec les 9 pièces qu’il propose.

Au premier coup d’œil, la pochette annonce ce qui s’en vient. Le côté éthéré avec des touches un peu méchantes laisse présager des morceaux qui respectent la coutume du métal technique.

La pièce Of Unwordly Origin donne le coup d’envoi en force à grands roulements de tambour. En partant, on se sent ramenés dans le passé, tout en se laissant emporter par un vent de fraîcheur. Bien qu’on ressente le côté moderne, l’on ne peut s’empêcher d’instinctivement penser aux racines du death métal. Une inspiration classique qui saura faire le bonheur de plusieurs d’entre vous, j’en suis persuadée.

Viennent ensuite les pièces That Which Consumes All Things et Blood Atonement. C’est après les avoir écoutées que j’ai réalisé que le mixage de l’album était bien travaillé. Tout est super propre et bien pensé. Le son est clair et c’est agréable de voir une formation qui a le souci du détail pour ce genre de choses. L’utilisation des passes complexes est mise en valeur par ce travail et les résultats portent leurs fruits.  

La pièce éponyme de l'album, The Outer Ones, est somme toutes assez singulière. Toutes les forces de l'album se voient combinées en une seule chanson. Nous avons droit à une voix gutturale puissante et au solo de guitare le plus intéressant de l'album, faisant de Revocation un groupe accrocheur.

Mon seul bémol, c’est qu’après une bonne écoute, les pièces commencent à se ressembler entre elles. Au bout d’un moment, on sent qu’il n’y a plus d’émotion, ce que les membres du groupe délaissent au profit de l’aspect technique. Tout dépend de ce que l’on préfère. Cependant, Revocation semble avoir prévu le coup et a été capable de nous présenter différentes passes pour nous raviver au moment où nous nous y attendions le moins. Blast beats et riffs complexes sont en vedette. Et puis, la présence de la pièce instrumentale Ex Nihilo vient changer la dynamique pour nous replonger de plus belle. Le tout se termine sur la note de A Starless Darkness, qui fait honneur au reste de l'album.

The Outer Ones est un album à ne pas manquer. Revocation a de quoi être fier de son dernier album. Bien que les influences thrash se fassent moins ressentir, le côté death métal technique est mis de l’avant. Le groupe ne cesse de s’améliorer et j’ai déjà hâte d’entendre le prochain.


Certains groupes ne prennent pas de pause lorsqu’ils sont sur une lancée. Les projets s’enchaînent, les uns après les autres. Aujourd’hui, analysons de plus près le dernier et septième album de la formation de métal extrême Revocation, lancé le 28 septembre dernier : The Outer Ones.

 

Depuis 2008, la formation de la Nouvelle-Angleterre ne cesse de surprendre en nous présentant un nouvel opus chaque année ou deux tout en parcourant les terres du globe. C’est à se demander où ils prennent le temps de trouver de l’inspiration. Revocation réussit toujours à nous servir quelque chose de différent, tout en demeurant fidèle à son genre. The Outer Ones ne s’éloigne pas de cette tradition avec les 9 pièces qu’il propose.

 

Au premier coup d’œil, la pochette annonce ce qui s’en vient. Le côté éthéré avec des touches un peu méchantes laisse présager des morceaux qui respectent la coutume du métal technique.

 

La pièce Of Unwordly Origin donne le coup d’envoi en force à grands roulements de tambour. En partant, on se sent ramenés dans le passé, tout en se laissant emporter par un vent de fraîcheur. Bien qu’on ressente le côté moderne, l’on ne peut s’empêcher d’instinctivement penser aux racines du death métal. Une inspiration classique qui saura faire le bonheur de plusieurs d’entre vous, j’en suis persuadée.

 

Viennent ensuite les pièces That Which Consumes All Things et Blood Atonement. C’est après les avoir écoutées que j’ai réalisé que le mixage de l’album était bien travaillé. Tout est super propre et bien pensé. Le son est clair et c’est agréable de voir une formation qui a le souci du détail pour ce genre de choses. L’utilisation des passes complexes est mise en valeur par ce travail et les résultats portent leurs fruits.  

 

La pièce éponyme de l'album, The Outer Ones, est somme toutes assez singulière. Toutes les forces de l'album se voient combinées en une seule chanson. Nous avons droit à une voix gutturale puissante et au solo de guitare le plus intéressant de l'album, faisant de Revocation un groupe accrocheur.

 

Mon seul bémol, c’est qu’après une bonne écoute, les pièces commencent à se ressembler entre elles. Au bout d’un moment, on sent qu’il n’y a plus d’émotion, ce que les membres du groupe délaissent au profit de l’aspect technique. Tout dépend de ce que l’on préfère. Cependant, Revocation semble avoir prévu le coup et a été capable de nous présenter différentes passes pour nous raviver au moment où nous nous y attendions le moins. Blast beats et riffs complexes sont en vedette. Et puis, la présence de la pièce instrumentale Ex Nihilo vient changer la dynamique pour nous replonger de plus belle. Le tout se termine sur la note de A Starless Darkness, qui fait honneur au reste de l'album.

 

The Outer Ones est un album à ne pas manquer. Revocation a de quoi être fier de son dernier album. Bien que les influences thrash se fassent moins ressentir, le côté death métal technique est mis de l’avant. Le groupe ne cesse de s’améliorer et j’ai déjà hâte d’entendre le prochain.
Lu 790 fois Dernière modification le vendredi, 05 octobre 2018 02:47
Évaluer cet élément
(0 Votes)