05 Aoû 2015

Fear Factory : Entrevue avec Burton C. Bell (2015)

Fear Factory va sortir son nouvel album Genexus le 7 août prochain et Musik Universe a profité de cette occasion pour discuter avec le leader de la formation, Monsieur Burton C. Bell.

Bonne lecture!

 

Musik Universe: Merci de prendre le temps de me parler! Je sais qu’Avec la tournée, ton temps est très occupé et que tu dois profiter de chaque instant libre que tu as!

Burton C. Bell : Ça fait plaisir! Oui j’étais justement en train de visiter un musée en ce moment. Le Musée d’art contemporain de San Antonio (Texas)

MU : Un peu plus d’une semaine avant la sortie officielle de votre prochain album (Genexus). Comment te sens-tu par rapport à cet album?

BCB : Oui! Le 7 août prochain! Je suis très excité par cet album! Beaucoup de positivité, on a travaillé très fort sur l’album. On est déjà en tournée pour l’album et on a vraiment hâte qu’il sorte pour que tout le monde puisse l’entendre, qu’ils deviennent familiers avec les pièces pour qu’on puisse jouer le nouveau matériel.

MU : J’ai beaucoup aimé les trois « singles » que vous avez sortis pour annoncer l’album!

BCB : Merci beaucoup! Dielectric sera notre premier vidéo. Il est presque prêt. C’est une question de polissage de la production à cette étape-ci.

MU : Quel était de processus de création derrière cet album? Était-ce bien différent des autres avant?

BCB : Tu sais, c’était peut-être un peu plus difficile pour cet album parce que, on voulait avancer sans pour autant perdre notre identité. On voulait expérimenter sans nécessairement aller trop loin. Donc ça c’était un aspect plus difficile; c’est pour ça que ça a pris beaucoup de temps. On voulait faire avancer lyriquement, on voulait que ça soit intense. On voulait des sons qui n’étaient pas redondants par rapports aux albums précédents, mais qui sonnaient tout de même familiers. Quand on expérimente trop, on perd sa sonorité, on perd la notion de ou on vient. Donc la difficulté se veut de créer une fusion pour que ça fasse partie du son au lieu de devenir que l’expérimentation. Ça a pris beaucoup de temps mais je pense que ça a été un succès.

MU : Vous semblez avoir travaillé une peu plus avec Rhys Fulber pour cet album, est-ce que vous vous sentiez comme il y a 20 ans en travaillant sur Demanufacture? Comme vous êtes en tournée pour les 20 ans de Demanufacture, on peut y voir une sorte de cycle qui se complète en travaillant avec lui pour cet album (Genexus).

BCB : Pour Rhys c’était difficile aussi, il devait trouver des idées et travailler différemment et devait défier sa propre créativité; mais en travaillant tous ensemble, il n’y avait qu’un but, faire un excellent album! En tant que co-producteur, avec Rhys, Dino (Cazares) et moi-même, on doit tous savoir quand vient le temps de prendre du recul et ne rien ajouter.

MU : Vous êtes en tournée en Amérique du Nord en ce moment avec une pause à la mi-septembre pour ensuite vous rendre en Europe et un retour aux États-Unis, est-ce qu’il y a des endroits incontournables? Des endroits où vous devez absolument jouer car l’Énergie des la foule est incomparable?

BCB : New York City, on ne peut ignorer New York. On ne peut ignorer Chicago. San Antonio est un de ces endroits, ça déchire à tous les coups ici. Il y a plein d’endroits à travers le pays; Détroit est toujours bon, notre ville natale (Los Angeles) est toujours bonne. Il y a des endroits ou Fear Factory n’a jamais accroché comme San Francisco ou Seattle. On réussit bien à Portland par contre! Ça fonctionne vraiment bien à Toronto aussi!

MU : Vous étiez justement dans les environs il y a environ un mois pour le Amnesia Rockfest, comment avez-vous aimé votre expérience?

BCB : C’était bien! L’hôtel Montebello est vraiment bien! C’était un festival vraiment bien, surtout notre scène avec The Melvins, The Pixies et The Refused. C’était plutôt extraordinaire en fait!

MU : Excellent! Il existe des compagnies de multimédia comme Moment Factory qui font leurs marques sur la scène internationale; avez-vous déjà pensé vous associer avec des compagnies du genre? Faire un spectacle multimédia qui en mettrait plein la vue à la foule…

BCB : Oui bien sûr nous l’avons considéré, mais ça prend de l’argent! On est là depuis si longtemps, on a fait des tournées avec une production plus imposante mais au bout du compte, c’est essentiellement une perte d’argent. Ça ne veut rien dire. Je veux dire, oui, ça fait un bon spectacle, mais ça coûte de l’argent! À la fin, ça ne va nulle part. On en parle tout le temps, et si c’est abordable, on adorerait le faire, un genre de truc multimédia, des effets visuels, etc.

MU : oui parce qu’Avec les thèmes que vous abordez, science-fiction, technologie, etc. c’est des thèmes qui se transfèreraient bien en contenu visuel.

BCB : Absolument! Ça serait totalement cool! Ça irait parfaitement avec l’aspect science-fiction. En temps voulu! On ne sait jamais! Peut-être qu’on jour on pourra se le payer.

MU : Est-ce que vous avez un plan pour un autre roman graphique comme vous avez fait pour The Industrialist ou est-ce que c’est un truc d’une seule fois?

BCB : Non! On en parle! Il y a une compagnie qui nous a approché pour faire Genexus en 3 bandes-dessinées. On va voir ce qui va se passer mais c’est définitivement quelque chose que j’aimerais faire.

MU : C’est parfait! Tu es très occupé avec Fear Factory en ce moment, est-ce que tu trouves le temps de travailler sur Ascension Of The Watchers?

BCB : Oui je trouve le temps de travailler dessus! Merci de le demander! C’est un travail d’amour! Fear Factory est la source de ma survie mais Ascension Of The Watchers est un travail du cœur. Pour Watchers, nous avons 9 nouvelles pièces et on y travaille quand on peut. J’essaie d’y travailler dans mon temps libre et je communique avec  Edu (Mussi) et John (Bechdel) tout le temps. On essaie définitivement de refaire ça!

MU : Donc, comme le dernier album (Numinosum) remonte à 7 ans déjà, et que vous avez 9 pièces de prêtes, on peut donc logiquement s’attendre à un nouvel album d’ici quelques années?

BCB : Oh! Je dirais d’ici quelques moi! Absolument!

MU : Tu as pris d’assaut le monde écrit avec The Industrialist, vous avez impressions de vos photographies en vente sur votre site, le monde musical est un fait plutôt bien accompli; est-ce qu’il y a un domaine auquel tu voudrais t’attaquer? La peinture? Scupture?

BCB : Je suis plus un photographe que d’autre choses; l’écriture créative et la photographie sont mes attraits principaux. La musique bien sûr est aussi un de mes attraits principaux. La peinture, j’en fais un peu mais c’est rien de sérieux. La photographie est mon truc. Les trois photos que j’ai sur mon site ne sont qu’une infime fraction de la quantité de séries que j’ai. J’ai des milliers de photographies qui sont excellentes et j’ai quelques séries avec lesquelles je voudrais faire un livre de photographies. Il y a une série noir et blanc, une série couleur, des paysages, etc. Oui, il y a quelques livres que je planifie de faire pour les photos.

MU : Très bien! As-tu déjà fait affaire avec une gallerie pour les exposer?

BCB : Pas encore non! J’ai des connections. Mais maintenant que les choses bougent, j’espère que ça va arriver!

MU : En tous cas, j’ai bien aimé les photos disponibles sur ton site! Un focus central, tu as une bonne approche!

BCB : Merci! Pour moi, le monde est un film et si je peux avoir la meilleure prise cinématographique, pour moi, c’est le but.

MU : C’est un bon but! Vouloir sceller l’impression du moment en une image.

BCB : Merci! Ce que j’ai en ce moment c’est un iPhone mais les impressions que je vends sur mon site sont prises avec un Canon A1, donc c’est vraiment avec du film.

MU : Ah! Tu viens de la vieille école!

MU : C’est plus une question d’ordre général, mais, le genre métal a souvent été affilié à des comportements dérangeants, les gens en marge de la société etc. avec de plus en plus de festivals à travers le monde et cette étude australienne (http://musicfeeds.com.au/news/heavy-metal-increases-positive-emotions-reduces-stress-australian-study-finds/) qui dit que ceux qui écoutent du métal ont des émotions plus positives et moins de stress, crois-tu que les stigmates persistent encore?

BCB : Les gens qui voient ces personnes marcher dans la rue n’ont que leurs premières impressions sur lesquelles se baser. Ils supposent qu’ils sont comme ça parce qu’ils écoutent de la « heavy music »; mais comme tu dis, ceux qui écoutent cette musique sont moins stressés car ils ont un exutoire pour ce stress. Ils sont capables de faire sortir ce stress à travers la musique. S’ils ne pouvaient pas se libérer de ce stress, tout cela ne ferait que s’accumuler. Tu as alors un stéréotype. Ces gens qui ne connaissent pas ce style de musique se basent sur un stéréotype pour se faire leur idée. Mais on se doit d’être prudent. Ce sont des gens généreux, comme une grande famille, sans stress. Bien sûr il y en a des plus voyous. Les gens boivent, ça arrive.

MU : Mais on peut trouver ces individus dans toute scène…

BCB : Exactement, la musique country, la musique folk, la musique pop, il va y avoir des idiots partout.

MU : Une dernière question : Des grands experts de la technologie moderne et des sciences, comme (Elon) Musk, (Stephen) Hawking, (Steve) Wozniak et plusieurs autres font un appel au bannissement des armes autonomes et des IA de guerre. C’est peut-être une exagération mais penses-tu qu’un scénario du genre de Terminator se pointe à l’horizon?

BCB : On en entend parler beaucoup ces temps-ci des êtres dotés d’intelligence artificielle, autonomes. Ce qui arrive c’est qu’elles prennent contrôle car les humains deviennent dépendants d’elles. Ça n’Arrivera pas par le moyen d’une guerre, ça va arriver à cause de l’apathie. Il n’y aura pas une goutte de sang versée, parce qu’on en aura pas besoin.

MU : Oui j’ai vu que tu avais posté un truc sur ta page disant que le contrôle par les machines se ferait justement par apathie et non pas par guerre ouverte.

BCB : Exactement! Et ça se passe en ce moment même! Le téléphone que j’utilise en ce moment, j’en ai besoin pour me rappeler des numéros, pour me rappeler des dates importantes du calendrier et autres pense-bête. C’est la vitesse à laquelle tout ça se passe. Les machines prennent le dessus dans les usines, et à un moment donné, même l’industrie du service sera accompli par des machines ce qui se passe en ce moment dans les aéroports. Les machines prennent vraiment le dessus. Il n’y a plus d’aide personnelle dans un aéroport, tout est géré par des machines. Donc les machines prennent le dessus par l’entremise de la dépendance. Nous sommes dépendants de ces machines.

MU : Tout à fait! Je me rappelle un temps pas si loin ou je pouvais me rappeler par cœur les numéros de tous mes amis! Maintenant, je ne peux plus appeler personne sans regarder mon téléphone.

BCB : Étrange n’est-ce pas! Je me rappelle ce temps-là aussi.

MU : Merci beaucoup d’avoir pris le temps pour répondre à mes quelques questions. Je sais que tu as un horaire bien rempli et que tu prends du temps libre quand tu le peux!

BCB : Merci d’avoir appelé! C’était un plaisir!

MU : J’espère te revoir bientôt à Montréal et merci encore.

BCB : Oui j’espère moi aussi! Ça a été un plaisir! Au revoir!

MU : Au revoir!

Musik Universe: Merci de prendre le temps de me parler! Je sais qu’Avec la tournée, ton temps est très occupé et que tu dois profiter de chaque instant libre que tu as!

Burton C. Bell : Ça fait plaisir! Oui j’étais justement en train de visiter un musée en ce moment. Le Musée d’art contemporain de San Antonio (Texas)

MU : Un peu plus d’une semaine avant la sortie officielle de votre prochain album (Genexus). Comment te sens-tu par rapport à cet album?

BCB : Oui! Le 7 août prochain! Je suis très exité par cet album! Beaucoup de positivité, on a travaillé très fort sur l’album. On est déjà en tournée pour l’album et on a vraiment hâte qu’il sorte pour que tout le monde puisse l’entendre, qu’ils deviennent familiers avec les pièces pour qu’on puisse jouer le nouveau matériel.

MU : J’ai beaucoup aimé les trois « singles » que vous avez sortis pour annoncer l’album!

BCB : Merci beaucoup! Dielectric (3ieme « single » https://www.youtube.com/watch?v=SHpcq5lUvN0 ) sera notre premier vidéo. Il est presque prêt. C’est une question de polissage de la production à cette étape-ci.

MU : Quel était de processus de création derrière cet album? Était-ce bien différent des autres avant?

BCB : Tu sais, c’était peut-être un peu plus difficile pour cet album parce que, on voulait avancer sans pour autant perdre notre identité. On voulait expérimenter sans nécessairement aller trop loin. Donc ça c’était un aspect plus difficile; c’est pour ça que ça a pris beaucoup de temps. On voulait faire avancer lyriquement, on voulait que ça soit intense. On voulait des sons qui n’étaient pas redondants par rapports aux albums précédents, mais qui sonnaient tout de même familiers. Quand on expérimente trop, on perd sa sonorité, on perd la notion de ou on vient. Donc la difficulté se veut de créer une fusion pour que ça fasse partie du son au lieu de devenir que l’expérimentation. Ça a pris beaucoup de temps mais je pense que ça a été un succès.

MU : Vous semblez avoir travaillé une peu plus avec Rhys Fulber pour cet album, est-ce que vous vous sentiez comme il y a 20 ans en travaillant sur Demanufacture? Comme vous êtes en tournée pour les 20 ans de Demanufacture, on peut y voir une sorte de cycle qui se complète en travaillant avec lui pour cet album (Genexus).

BCB : Pour Rhys c’était difficile aussi, il devait trouver des idées et travailler différement et devait défier sa propre créativité; mais en travaillant tous ensemble, il n’y avait qu’un but, faire un excellent album! En tant que co-producteur, avec Rhys, Dino (Cazares) et moi-même, on doit tous savoir quand vient le temps de prendre du recul et ne rien ajouter.

MU : Vous êtes en tournée en Amérique du Nord en ce moment avec une pause à la mi-septembre pour ensuite vous rendre en Europe et un retour aux États-Unis, est-ce qu’il y a des endroits incontournables? Des endroits où vous devez absolument jouer car l’Énergie des la foule est incomparable?

BCB : New York City, on ne peut ignorer New York. On ne peut ignorer Chicago. San Antonio est un de ces endroits, ça déchire à tous les coups ici. Il y a plein d’endroits à travers le pays; Détroit est toujours bon, notre ville natale (Los Angeles) est toujours bonne. Il y a des endroits ou Fear Factory n’a jamais accroché comme San Francisco ou Seattle. On réussit bien à Portland par contre! Ça fonctionne vraiment bien à Toronto aussi!

MU : Vous étiez justement dans les environs il y a environ un mois pour le Amnesia Rockfest, comment avez-vous aimé votre expérience?

BCB : C’était bien! L’hotel Montebello est vraiment bien! C’Était un festival vraiment bien, surtout notre scène avec The Melvins, The Pixies et The Refused. C’était plutôt extraordinaire en fait!

MU : Excellent! Il existe des compagnies de multimédia comme Moment Factory qui font leurs marques sur la scène internationale; avez-vous déjà pensé vous associer avec des compagnies du genre? Faire un spectacle multimédia qui en mettrait plein la vue à la foule…

BCB : Oui bien sûr nous l’avons considéré, mais ça prend de l’argent! On est là depuis si longtemps, on a fait des tournées avec une production plus imposante mais au bout du compte, c’est essentiellement une perte d’argent. Ça ne veut rien dire. Je veux dire, oui, ça fait un bon spectacle, mais ça coûte de l’argent! À la fin, ça ne va nulle part. On en parle tout le temps, et si c’est abordable, on adorerait le faire, un genre de truc multimédia, des effets visuels, etc.

MU : oui parce qu’Avec les thèmes que vous abordez, science-fiction, technologie, etc. c’est des thèmes qui se transfèreraient bien en contenu visuel.

BCB : Absolument! Ça serait totalement cool! Ça irait parfaitement avec l’aspect science-fiction. En temps voulu! On ne sait jamais! Peut-être qu’on jour on pourra se le payer.

MU : Est-ce que vous avez un plan pour un autre roman graphique comme vous avez fait pour The Industrialist ou est-ce que c’est un truc d’une seule fois?

BCB : Non! On en parle! Il y a une compagnie qui nous a approché pour faire Genexus en 3 bandes-dessinées. On va voir ce qui va se passer mais c’est définitivement quelque chose que j’aimerais faire.

MU : C’est parfait! Tu es très occupé avec Fear Factory en ce moment, est-ce que tu trouves le temps de travailler sur Ascension Of The Watchers?

BCB : Oui je trouve le temps de travailler dessus! Merci de le demander! C’est un travail d’amour! Fear Factory est la source de ma survie mais Ascension Of The Watchers est un travail du cœur. Pour Watchers, nous avons 9 nouvelles pièces et on y travaille quand on peut. J’Essaie d’y travailler dans mon temps libre et je communique avec  Edu (Mussi) et John (Bechdel) tout le temps. On essaie définitivement de refaire ça!

MU : Donc, comme le dernier album (Numinosum) remonte à 7 ans déjà, et que vous avez 9 pièces de prêtes, on peut donc logiquement s’attendre à un nouvel album d’ici quelques années?

BCB : Oh! Je dirais d’ici quelques moi! Absolument!

MU : Tu as pris d’assaut le monde écrit avec The Industrialist, vous avez impressions de vos photographies en vente sur votre site, le monde musical est un fait plutôt bien accompli; est-ce qu’il y a un domaine auquel tu voudrais t’attaquer? La peinture? Scupture?

BCB : Je suis plus un photographe que d’autre choses; l’écriture créative et la photographie sont mes attraits principaux. La musique bien sûr est aussi un de mes attraits principaux. La peinture, j’en fais un peu mais c’est rien de sérieux. La photographie est mon truc. Les trois photos que j’ai sur mon site ne sont qu’une infime fraction de la quantité de séries que j’ai. J’ai des milliers de photographies qui sont excellentes et j’ai quelques séries avec lesquelles je voudrais faire un livre de photographies. Il y a une série noir et blanc, une série couleur, des paysages, etc. Oui, il y a quelques livres que je planifie de faire pour les photos.

MU : Très bien! As-tu déjà fait affaire avec une gallerie pour les exposer?

BCB : Pas encore non! J’ai des connections. Mais maintenant que les choses bougent, j’espère que ça va arriver!

MU : En tous cas, j’ai bien aimé les photos disponibles sur ton site! Un focus central, tu as une bonne approche!

BCB : Merci! Pour moi, le monde est un film et si je peux avoir la meilleure prise cinématographique, pour moi, c’est le but.

MU : C’est un bon but! Vouloir sceller l’impression du moment en une image.

BCB : Merci! Ce que j’ai en ce moment c’est un iPhone mais les impressions que je vends sur mon site sont prises avec un Canon A1, donc c’est vraiment avec du film.

MU : Ah! Tu viens de la vieille école!

MU : C’est plus une question d’ordre général, mais, le genre métal a souvent été affilié à des comportements dérangeants, les gens en marge de la société etc. avec de plus en plus de festivals à travers le monde et cette étude australienne (http://musicfeeds.com.au/news/heavy-metal-increases-positive-emotions-reduces-stress-australian-study-finds/) qui dit que ceux qui écoutent du métal ont des émotions plus positives et moins de stress, crois-tu que les stigmates persistent encore?

BCB : Les gens qui voient ces personnes marcher dans la rue n’ont que leurs premières impressions sur lesquelles se baser. Ils supposent qu’ils sont comme ça parce qu’ils écoutent de la « heavy music »; mais comme tu dis, ceux qui écoutent cette musique sont moins stressés car ils ont un exutoire pour ce stress. Ils sont capables de faire sortir ce stress à travers la musique. S’ils ne pouvaient pas se libérer de ce stress, tout cela ne ferait que s’accumuler. Tu as alors un stéréotype. Ces gens qui ne connaissent pas ce style de musique se basent sur un stéréotype pour se faire leur idée. Mais on se doit d’être prudent. Ce sont des gens généreux, comme une grande famille, sans stress. Bien sûr il y en a des plus voyous. Les gens boivent, ça arrive.

MU : Mais on peut trouver ces individus dans toute scène…

BCB : Exactement, la musique country, la musique folk, la musique pop, il va y avoir des idiots partout.

MU : Une dernière question : Des grands experts de la technologie moderne et des sciences, comme (Elon) Musk, (Stephen) Hawking, (Steve) Wozniak et plusieurs autres font un appel au bannissement des armes autonomes et des IA de guerre. C’est peut-être une exagération mais penses-tu qu’un scénario du genre de Terminator se pointe à l’horizon?

BCB : On en entend parler beaucoup ces temps-ci des êtres dotés d’intelligence artificielle, autonomes. Ce qui arrive c’est qu’elles prennent contrôle car les humains deviennent dépendants d’elles. Ça n’Arrivera pas par le moyen d’une guerre, ça va arriver à cause de l’apathie. Il n’y aura pas une goutte de sang versée, parce qu’on en aura pas besoin.

MU : Oui j’ai vu que tu avais posté un truc sur ta page disant que le contrôle par les machines se ferait justement par apathie et non pas par guerre ouverte.

BCB : Exactement! Et ça se passe en ce moment même! Le téléphone que j’utilise en ce moment, j’en ai besoin pour me rappeler des numéros, pour me rappeler des dates importantes du calendrier et autres pense-bête. C’est la vitesse à laquelle tout ça se passe. Les machines prennent le dessus dans les usines, et à un moment donné, même l’industrie du service sera accompli par des machines ce qui se passe en ce moment dans les aéroports. Les machines prennent vraiment le dessus. Il n’y a plus d’aide personnelle dans un aéroport, tout est géré par des machines. Donc les machines prennent le dessus par l’entremise de la dépendance. Nous sommes dépendants de ces machines.

MU : Tout à fait! Je me rappelle un temps pas si loin ou je pouvais me rappeler par cœur les numéros de tous mes amis! Maintenant, je ne peux plus appeler personne sans regarder mon téléphone.

BCB : Étrange n’est-ce pas! Je me rappelle ce temps-là aussi.

MU : Merci beaucoup d’avoir pris le temps pour répondre à mes quelques questions. Je sais que tu as un horaire bien rempli et que tu prends du temps libre quand tu le peux!

BCB : Merci d’avoir appelé! C’était un plaisir!

MU : J’espère te revoir bientôt à Montréal et merci encore.

BCB : Oui j’espère moi aussi! Ça a été un plaisir! Au revoir!

MU : Au revoir!

 

 

 

Lu 4116 fois Dernière modification le mercredi, 05 août 2015 03:03
Évaluer cet élément
(3 Votes)