11 Mai 2016

Steel Panther : Entrevue vidéo avec Michael Starr au sujet du FEQ et des projets du groupe Spécial

Musik Universe était de passage à Hollywood en Californie la semaine dernière et nous sommes allés rencontrer Michael Starr, le chanteur de la formation Steel Panther, pour une entrevue et lui parler du spectacle que le groupe va donner au Festival d'été de Québec le 14 juillet prochain, du plus récent album "Live from Lexxi's Mom's Garage", de la politique américaine et du prochain album de Steel Panther!

TRADUCTION FRANÇAISE EN BAS DE LA VIDÉO :

MU : Je suis avec Michael Starr de Steel...

Michael Starr : ...Panther! Ça va?

MU : On est venu de Montréal jusqu'à Los Angeles pour parler avec Michael parce que lui et son groupe, Steel Panther, vont jouer au Festival d'été de Québec. Michael, je ne sais pas si tu as regardé ton horaire, mais il s'agit un gros festival qui aura lieu le 14 juillet à Québec. En plus, vous aller jouer avec un de nos meilleurs musiciens de blues, Steve Hill. Corrige-moi  si je me trompe, mais est-ce que c'est la première fois que vous allez jouer à Québec? Vous êtes déjà venus à Montréal à quelques reprises, alors je me posais la question.

Michael Starr : Je ne sais pas. On a visité tellement de villes, ce qui fait qu'après un certain temps, tout devient flou. On ne sait plus trop où on se trouve. C'est possible qu'on y ait joué, tout comme c'est possible qu'on n'y soit jamais allé. Que ce soit l'un ou l'autre, on va se donner comme si c'était la première fois et on a très hâte.

MU : Avez-vous des conseils pour les mamans et les filles de Québec avant que vous n'arriviez en ville?

Michael Starr : Absolument! Si vous avez une jeune fille et que vous avez peur parce que c'est un festival ouvert à un public de tous âges, arrêtez d'avoir peur. Laissez là être libre, faire ce qu'elle veut et faire ses propres choix. Les valeurs que vous lui avez inculquées au courant de sa vie vont finir par ressortir. Si elle décide de coucher avec l'un d'entre nous, ce serait tout à son avantage. Elle vivrait une expérience qui lui permettrait de croître sur le plan personnel. Il faut vivre et laisser vivre. Il faut laisser Dieu faire son travail.

MU : C'est ce que je pense.

Michael Starr : Je ne suis pas en train de dire que je suis Dieu. Je veux dire qu'il faut laisser aller les choses et laisser le Tout-Puissant s'en occuper. De toute façon, les filles vont finir par trouver un moyen de faire ce qu'elles veulent. On ne peut pas contrôler nos enfants. Mes parents ont essayé de le faire et je suis rendu dans un groupe de heavy métal. Vous ne voudriez pas que votre fille devienne une pute non? Moi je voudrais bien, mais pas vous!

MU : Pourquoi pas? Assiter au spectacle ici, près du Sunset Strip, où tout a commencé pour vous, et sentir l'ambiance me semble être une bonne idée afin de préparer le public de Québec. Je pourrai leur dire à quoi s'attendre, mais tu es bien mieux placé que moi pour le dire aux fans. À quoi peuvent-ils s'attendre?

Michael Starr : Pour commencer, on est dans la partie Est d'Hollywood. C'est ici qu'on partait à la recherche des drogues meilleur marché comme le cristal meth ou le crack. Pour avoir quelque chose de plus luxueux, comme du Quaalude ou de l'ecstasy, il fallait aller dans l'Ouest, du côté de Beverly Hills. On a donc commencé à jouer chaque semaine au Viper Room. C'est en plein milieu d'Hollywood. À cette époque, on vivait du côté Est. C'est beaucoup moins cher de vivre là! Il y a beaucoup de travestis dans ce coin et Satchel adore les travestis.

Bon, pour en revenir à ta question. Ce que vous pourrez voir, ce sera un spectacle vraiment amusant. On est le genre de groupe à interagir avec la foule et on veut que tout le monde passe du bon temps. C'est notre spécialité. Vous ne saurez jamais ce qui pourrait arriver. On pourrait aller chercher quelqu'un du public et lui demander de montrer ses seins. C'est imprévisible. Deux filles pourraient s'embrasser, deux filles pourraient ne pas s'embrasser. Une fois, on a fait monter un gars et une fille sur la scène et la fille l'a sucé. On ne l'a pas demandé. Ils ont juste décidé de faire ça.

MU : Est-ce que quelqu'un dans le groupe a aimé regarder ça?

Michael Starr : C'était super! C'était une très belle expérience et la fille s'est sentie très bien après. Le gars aussi. Tout le monde y a gagné quelque chose. La foule a adoré! Quand on achète un billet pour un concert rock, on ne s'attend pas du tout à voir ça, mais quand ça arrive, c'est un petit quelque chose en plus.

ARRÊT CAMÉRA????

Michael Starr : Wow! On a dû arrêter de filmer parce qu'une fille vient de passer et nous a montré ses seins. Désolé. On est dans les coulisses du Fonda Theater, à Hollywood. En ce moment, il y a un groupe qui fait son test de son. Notre entrevue se passe dans la loge des groupes en première partie. On a dû les sortir d'ici, car il faut un endroit calme. Ceux qu'on a dû sortir viennent de Montréal.

MU : Donc, pour terminer de parler de votre spectacle à Québec, on peut dire que ce sera une très grande fête.  

Michael Starr : Ça va l'être. On va tout donner. Quand on est sur scène, on aime vraiment ça. On raconte des blagues, on s'amuse et les fans rient. On s'amuse et on porte du spandex, ce qui est très sexy soit dit en passant. Malgré tout, on prend la musique au sérieux. Ce qu'on joue, ce que je chante et tout ce qu'on fait doit avoir l'air professionnel. Il faut qu'on ait l'air de se prendre au sérieux, sans que ce soit nécessairement le cas. Si vous n'avez pas encore entendu parler de nous, il faut sortir de votre cachette et venir écouter du heavy métal.

MU : Tu as en quelque sorte répondu à ma prochaine question. Êtes-vous tannés d'être perçus comme un groupe satirique, même s'il est évident que vous jouez comme des pros? On voit qu'il y a beaucoup d'efforts et de talent dans votre musique.

Michael Starr : Pas vraiment. On aime ça pour vrai et on s'amuse. Je pense que c'est une des raisons pour lesquelles on a finalement obtenu un contrat d'enregistrement. On a décidé de se laisser aller. Avant, écrire une chanson dans le genre de Asian Hooker nous inquiétait, car on avait peur de ne pas être pris au sérieux et de se faire fermer les portes. On a essayé, mais on n'a jamais obtenu de contrat. Death To All But Metal s'est fait rejeter un bon nombre de fois. Ça ne donnait rien. C'est pour ça qu'on s'est dit qu'on allait faire ce qu'on veut et être nous-mêmes, que ce soit sur scène ou non. À partir de ce moment, on s'est dit qu'on allait s'amuser pour de vrai. Au bout de la ligne, c'est nous qui montons sur scène chaque soir. C'est nous qui vivons cette vie et on aime ça. Je ne veux pas faire quelque chose que je n'aime pas. Disons que Nickleback se débarrasse du chanteur et que le groupe m'appelle pour me dire qu'il voudrait que je le remplace, je ne le ferais pas. Je ne veux pas être dans Nickleback. Je veux être dans Steel Panther.

MU : Pour rendre les choses plus drôles, laisse-moi te dire que la première fois que Musik Universe a été censuré, par Google, c'est à cause de la pochette d'un de vos albums. Je pense que c'était...

Michael Starr : ...Balls Out.

MU : Oui, c'est bien ça. Alors on n'est pas les premiers à qui c'est arrivé?

Michael Starr : Balls Out a été banni de chez Target et Wal-Mart. Best Buy a été le seul qui a voulu le garder et le vendre, mais il fallait cacher la pochette. La même chose est arrivée pour le DVD British Invasion.

MU : Parlant de DVD, voici le plus récent du groupe (Live from Lexxi's Mom's Garage). J'ai une question stupide. Pourquoi pas le garage de ta mère?

Michael Starr : Ma mère est décédée l'an passé. De toute façon, sa maison se faisait saisir. Par contre, la mère de Lexxi s'est mariée six fois. Le sixième mari a beaucoup d'argent. Ils ne sont plus ensemble, mais elle a gardé la maison. C'est vraiment très grand. Elle nous a donc offert de le faire là. On a décoré ça à notre goût, installé les caméras et invité 100 de nos amis les plus proches, qui sont bien sûr seulement des filles.

MU : Je n'y ai vu aucun garçon.

Michael Starr : Le seul garçon, c'était le caméraman. Il était chanceux et trouvait ça super.

MU : Pour ceux qui ne l'ont pas visionné, qu'est-ce qui s'y trouve?

Michael Starr : En gros, c'est une représentation de nos plus grands « succès ». On dit « succès », même s'ils ne le sont pas vraiment, parce qu'ils ne jouent pas à la radio. Par contre, ce sont des chansons populaires en spectacle. Par exemple, on a fait une version acoustique de Community Property, ce qui est très cool, mais aussi une version complètement différente de Death To All But Metal. On a aussi décidé de jouer des chansons qui n'ont jamais été jouées live comme Bukkake Tears, avec une fille qui joue du violon. Il y également trois filles violonistes qui performent The Burden of Being Wonderful avec nous. Les arrangements ont été modifiés. On s'est aussi filmé en train de s'amuser dans la maison de la mère de Lexxi.

MU : Tu as eu la chance de montrer tes cicatrices à sa mère?

Michael Starr : Oh oui! Elle les a aimées. Elle a aimé une des grosses.

ARRÊT CAMÉRA????

Michael Starr : Allez, entre! Wow, c'est de beaux seins ça! Les chirurgiens à Los Angeles sont très bons. Ils sont super.

En passant, je voudrais ajouter qu'il est possible de se procurer une version audio du DVD. Vous pouvez choisir d'acheter le tout ou seulement l'audio. C'est cool d'avoir une copie physique si vous aimez encore avoir un album entre les mains. Sinon, j'imagine que ça sera possible de le voir sur YouTube, mais on trouverait ça plus cool si vous l'achetiez.

MU : Travaillez-vous sur du nouveau matériel.

Michael Starr : Oui, on va aller en studio au début de juin. On va enregistrer cinq chansons à la fois et il y aura quatre sessions d'enregistrement. Après, on va choisir les meilleures pour l'album. On espère qu'il pourra sortir en octobre.

MU : Alors on peut dire qu'il y aura un nouvel album cette année?

Michael Starr : C'est ce qu'on prévoit, si tout se passe bien. On ne sait jamais ce qui peut arriver. On pourrait recevoir une proposition pour une tournée qui ne se refuse pas ou n'importe quoi qui viendrait changer notre horaire. Ce qu'on fait, c'est planifier notre année et espérer que tout se passe comme prévu.

MU : Je sais que tu as fait beaucoup de spectacles et visité beaucoup de villes, mais te souviens-tu quand tu étais au Heavy MTL?

Michael Starr : Oui, je me souviens de ça. C'est ce spectacle qui nous a fait aimer Montréal.

MU : Pensez-vous rejouer dans le cadre de ce festival?

Michael Starr : On a fait peur au promoteur. Il n'aura pas le choix de nous inviter à nouveau. On ne disparait pas. On est comme l'herpès : une fois qu'on est allé chez vous, vous êtes pris avec nous.  Même si vous nous haïssez, vous ne pouvez pas vous débarrasser de nous.

MU : Une dernière question. Me permets-tu qu'on parle de politique?

Michael Starr : Je ne suis pas un expert, mais je suis ouvert à en parler.

MU : Clinton, Trump ou quitter le pays?

Michael Starr : Je ne sais pas quel Clinton se présente. Hilary?

MU : Oui.

Michael Starr : Je ne voterais pour aucun des deux. Je ne vote pas vraiment et je m'en fous pas mal de la politique.

MU : Tu as sans doute vu tout l'engouement autour de Trump et entendu toutes ses bêtises. As-tu peur qu'il soit élu?

Michael Starr : Même s'il se fait élire, rien ne va changer. Ça va être la même merde qu'avec Obama. Les politiciens font comme si aux États-Unis, notre voix comptait, mais ce qui compte, c'est ce qu'on met sur enregistrement. Je veux dire, les gens écoutent plus notre musique que celle d'Obama. Il ne peut même pas chanter.

MU : Alors à l'affiche au Festival d'été de Québec le 14 juillet : Steel Panther avec Steve Hill. C'était Michael Starr, un parfait gentleman.

Michael Starr : C'était Steve Hill, un parfait gentleman. Il est venu jusqu'à Los Angeles...

MU : ... Je ne suis pas Steve Hill.

Michael Starr : Ce n'est pas Steve Hill. Je suis Steve Hill.

MU : Je m'appelle Patryk.

Michael Starr : C'est Patryk. Steve Hill?

MU : Oui.

Michael Starr : Oui. C'est fou comment ce genre de choses tourne en rond. Je n'arrive pas à croire que tu es venu jusqu'ici.

MU : Pour être franc, je suis en vacances.

Michael Starr : Je n'arrive toujours pas à croire que tu as pris l'avion juste pour nous, c'est tellement cool.

MU : Je l'ai fait exprès.

Michael Starr : Patryk, je t'aime.

MU : Je t'aime aussi.

Michael Starr : Je ne sais toujours pas qui est ce Steve Hill.

MU : Tu vas le savoir.

Michael Starr : Ah oui?

MU : C'est un excellent guitariste de blues.

Michael Starr : Oh le musicien de blues!  Hey, Steve Hill, si tu écoutes cette entrevue, j'ai hâte de t'entendre shredder. 

 

TRADUCTION : Christelle Zelaya

Lu 7553 fois Dernière modification le vendredi, 13 mai 2016 09:56
Évaluer cet élément
(1 Vote)